Le « ePing » : un outil pour découvrir les changements dans les exigences des partenaires commerciaux
13 novembre 2018
13 novembre 2018, Comments: 0

Outre que c’est un Système d’alerte pour les notifications SPS (Mesures sanitaires et Phytosanitaires) et Obstacles Techniques au Commerce (OTC) qui permet d’accéder rapidement à ces notifications, le «ePing» est un outil d’appui à l’Export , aussi une plateforme de communication et d’échanges pour  faciliter le dialogue entre le secteur public et le secteur privé afin de régler d’emblée d’éventuels problèmes commerciaux….

En fait, se tenir au courant de l’évolution de la réglementation qui affecte le commerce des produits alimentaires peut être un défi. Cependant, il est essentiel que les parties prenantes des secteurs public et privé se renseignent rapidement sur les changements à venir. C’est là que l’ePing peut aider. ePing présente un intérêt potentiel pour les membres et observateurs du Codex – organismes gouvernementaux, organismes de normalisation, producteurs, exportateurs, importateurs, prestataires de services, organisations internationales, instituts de recherche et ONG.

Les gouvernements membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sont tenus d’informer les autres membres avant d’adopter de nouvelles mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) et des obstacles techniques au commerce (OTC) susceptibles d’avoir une incidence sur le commerce et de donner lieu à des observations. Toutefois, étant donné les volumes élevés (par exemple, plus de 4 000 notifications SPS et OTC en 2017), il peut être difficile pour les parties prenantes de suivre, filtrer et donner leur avis sur les notifications d’intérêt en temps utile.

Pour relever ce défi, le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (UNDESA) et le Centre du commerce international (ITC) se sont associés et ont lancé le système de notification SPS / TBT ePing en novembre 2016. « Accès aux informations pertinentes sur les exigences des produits sur les marchés d’exportation Karl Brauner, Directeur général adjoint de l’OMC, a déclaré Karl Brauner: «Plus de transparence rend le commerce plus inclusif – il est essentiel de rendre les informations sur les réglementations et les normes plus accessibles à toutes les parties prenantes. .  »

Une fois inscrits sur le site Web ePing, accessible au public, avec leurs préférences de filtre, les utilisateurs commencent à recevoir des alertes par e-mail lorsque des notifications concernant des produits ou des marchés présentant un intérêt particulier leur sont distribuées. En outre, le site Web ePing peut servir de plate-forme de communication pour échanger des commentaires et d’autres documents (tels que des traductions) liés aux notifications. Les points d’information SPS et OTC officiellement désignés par les membres de l’OMC peuvent également demander l’accès à l’outil de gestion des points d’information afin de gérer les parties prenantes nationales et de se connecter aux points d’information d’autres pays.

ePing compte actuellement environ 4 500 utilisateurs enregistrés, dont environ la moitié proviennent d’agences gouvernementales et l’autre moitié d’autres entités. Par exemple, un exportateur individuel de bananes peut être alerté à temps lorsqu’un pays importateur de bananes est en train de modifier ses limites maximales de résidus de certains pesticides. Dans le même temps, le point d’information du pays exportateur de bananes peut solliciter les commentaires des parties prenantes nationales et partager des informations supplémentaires concernant cette nouvelle mesure via ePing. Finalement, le point d’information voudra peut-être informer le Membre notifiant de cette mesure au cours de la période de consultation de 60 jours et / ou soulever un problème commercial spécifique au sein du Comité SPS de l’OMC. Du point de vue de l’importateur, l’ePing peut également servir à suivre l’évolution de la réglementation d’un membre. En outre, la connaissance des tendances en matière de réglementation sur d’autres marchés peut aider les autorités de réglementation à mettre au point des mesures pour réduire certains risques liés aux produits nationaux ou importés.

Les points d’information de l’Australie et de l’Ouganda, qui ont piloté l’ePing au niveau national, ont signalé d’importants gains d’efficacité dans leurs opérations. Lors d’une session d’information pour le Comité OTC, George Opiyo, le point d’information de l’Ouganda, a déclaré: « Grâce à ePing, nous avons surmonté la fragmentation du flux de notification adressé aux bénéficiaires finaux et amélioré notre coordination et notre consultation avec les parties prenantes nationales ».

Au cours des dix dernières années, la part des notifications OTC concernant les produits alimentaires a doublé, passant de 14% à 28% environ. Au cours de la même période, la part des notifications SPS concernant la sécurité sanitaire des aliments est passée d’environ 43% à 74%, une part croissante faisant référence aux normes du Codex. Par conséquent, les responsables travaillant sur les questions de sécurité et de qualité des aliments ainsi que les entreprises impliquées dans le commerce des produits alimentaires sont encouragés à s’inscrire sur ePing et à suivre les évolutions réglementaires en matière de produits et de secteurs les intéressant. Les points d’information SPS et OTC nationaux, dont certains sont également des points de contact du Codex, sont également encouragés à demander l’accès à l’outil de gestion des points d’information afin de pouvoir dialoguer plus efficacement avec les parties prenantes nationales.

En définitive, ePing vise à permettre un accès rapide aux informations réglementaires et à faciliter le dialogue entre les secteurs public et privé afin de résoudre les problèmes commerciaux potentiels à un stade précoce. Un guide d’utilisation détaillé ainsi que des actualités et des présentations sont accessibles sur le site Web ePing.

Les personnes intéressées à recevoir plus d’informations / formation ou à faire des commentaires sont invitées à envoyer un courrier électronique à spstbtalerts@wto.org .

En savoir plus, visitez le site Web ePing  

D’après Serra Ayra – Conseiller, Division du commerce et de l’environnement – OMC
Source : http://www.fao.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme E-learningCatalogue en ligneEspace Adhérents